«

»

Doc et les Chirurgiens

Pop / Rock
1994 – 1997
Lanaudière
  

biographie / description

À l’époque de leur victoire à l’Empire, en 1995, ils croulaient déjà sous les dithyrambes. Les prochains Colocs, clamaient les uns. Les sauveurs du rock québécois, clamaient les autres.

Juste un peu malicieux, irrévérencieux aussi, Doc et les Chirurgiens livraient leur rock comme Holyfield les coups : avec force et fougue, sans perdre une seule seconde.

Depuis? Le calme plat, pourrait-on croire. L’album 13, le premier pour cette bande de toubibs, n’a pas obtenu les résultats escomptés jusqu’ici. Peu de diffusion sur les ondes. Des ventes modestes.

Bref, rien de bien réjouissant pour ces jeunes loups. On pourrait donc penser que chez l’Doc, l’entrain a fait place au vague à l’âme. Que chaque jour est un long supplice. Découragés, les gars? “Pas du tout!, lance le chanteur Yann Perreault, bien en verve. On n’a pas joué à Montréal depuis un an, mais on a bougé pas mal dans la dernière année.

On a parcouru le Québec, on a monté de nouvelles chansons. C’est sûr que 13 n’a pas marché comme on le voulait. Quelqu’un n’a pas fait son travail, et ce n’est pas nous : notre compagnie de disques a négligé la promotion. Nous, on n’a jamais “slacké”. “Les gens de l’industrie s’expliquent mal l’échec de 13. Ils savent qu’on a fait notre part. Cela dit, on n’est pas amers. Il y a encore plein de bonne musique dans notre sac. On a la couenne dure…”

En effet. Dans la plus pure tradition rock’n'roll, les gars aiment bien l’ambiance des bars, le son des amplis poussés au maximum. Des spectacles, le quintette en livre sans arrêt. Pas de surprise donc, lorsque Perreault affirme préférer la jungle des boîtes de nuit à l’atmosphère feutrée du studio.

“L’aspect spectacle, c’est la première chose qui nous intéresse, dit-il. Je sais que demain soir (ce soir) au Cabaret, ça va être grave! Les shows, c’est notre force. Nos fans le savent. On vient de Lanaudière, et il y a toujours des gens de cette région qui nous suivent partout où on va. Ça fait un peu Grateful Dead… À l’Empire, il y avait des gens qui arrivaient en autobus de Lanaudière! Même chose à Québec, à Tadoussac, à Trois-Rivières…” 

Manifestement, la réputation “live” de Doc et les Chirurgiens n’est plus à faire. En attendant de régler ce différend qui les oppose à leur maison de disques, les gars vont poursuivre sur leur lancée, en continuant d’injecter une dose de rock aux fidèles de plus en plus nombreux. Et avec une bête comme Perreault à l’avant-plan, que plusieurs observateurs comparent à Morrison ou Jagger, l’opération risque d’être un succès.

“Les comparaisons, c’est toujours drôle, conclut Perreault. On s’occupe pas de ça. J’ai déjà été comparé à Iggy Pop, et même à Yvon Deschamps! C’est assez étrange…” [par Richard Labbé]

membres

Frédéric Beauséjour (basse, claps, voix)
David Blais (guitares, flûtes, voix)
David Brunet (guitares, banjo, claviers, voix)
Steve Cournoyer (batterie, percussions, voix)
Yann Perreault (voix, harmonica, claviers et percussions) 

discographie
1996 13 1- Cousin, cousin
2- Le Funk du menteur
3- C’pas un bateau
4- Au purgatoire
5- Quek chose à inventer
6- L’avenue des Assassins
7- Tu m’auras pas
8- Shake Your Fire Maker
9- Dorothée
10- Mauvais sang
11- Comme une vache (folle)
12- Elle m’a dit
13- Comment tu t’appelles?
audio
Doc et les Chirurgiens

Ajouter: de l'info, lien, commentaire ou autre à cette fiche...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.