«

»

Kaporal Piocherie

Alternatif
Granby

biographie / description

Presque célèbre… Kaporal Piocherie est le nom d’artiste que s’est donner un alcoolique toxicomane de Granby. Probablement parce qu’il avait un kick sur la bassiste de Capitaine Révolte! Butinant de band en band, notre joyeux luron faisait beaucoup plus de drogues que de musique. Il avait de bonnes bases et un bon problème.

On se souvient notamment de lui à cause du premier concert qu’il a donné au Scorpion à Acton Vale avec FFF et Hopress citizen. Voici un extrait des commentaires qu’on a pu recueillir: On a apprit l’après-midi qu’on faisait un show le soir. Ça fait 2-3 tounes qu’on joue pis les punks nous regardent les bras croisés. Nous, on est habillés plus en skater pis moi j’ai un chapeau en parapluie sur la tête. Je choke en sale. Là je les regarde, je sais que la prochaine chanson c’est Accusé à tord, qu’on fait encore 10 ans après! Je sais que c’est du gros stock pis j’exige que ça trash! Je leurs dit à peu près ça: Hey là ma gagne de tabarnak moé chu l’plus criss de fou kia dans place pis la prochaine toune est en français pis j’veux que ça trash. Fak demandez-moi de faire n’importe quoi, chu prèt à toute. Les punks se sont mit à cracher dans un buck. En 1998, c’est punks là étaient pas le monde le plus en santé mettons! Ça tousse, ça crache, ça met un peu de bière (1/3) pis ça m’emmène ça. Je m’assoie en indien, les punks se rassemblent, je leur fait promettre que ceux qui me voient boire ça se pitch pour la prochaine toune, j’enligne le buck bin comme faut, ça flotte, brefff, mauvais souvenirs. Rick, guitariste avec kP aujourd’hui et Lantagne, guitariste et chanteur d’Indice Doktane l’on eu leur trash. 2 jours après j’entrais à l’hôpital pour un infection de gorge majeure! Ahhh public, kossé j’frais pas pour te faire rire!!!

Environ 10 ans après une conversation entre kaporal et Guillaume des Vulgaires Machins, il trouve que c’est une bonne idée un projet uniquement francophone. À ce moment là, il jam avec le groupe qui deviendra Indice Doktane (en fait, à ce jour, seulement Pat et Lantagne reste de la formation originale). Quand il leur fait part du projet franco, Martin semble ouvert, Pat refuse catégoriquement et le drummer regarde les écureuils dehors. Le kaporal habite avec Martin à ce moment-là et c’est en cachette qu’il vont monter ensemble les 3 premières tounes: une araignée au plafond(té pas normal), page d’histoire, et une autre. Pat n’y verra que du feu et apprendra que c’est en français juste après le jam. Pour des raisons de divergences d’opinions artistiques, ou parce qu’il fûmait trop de crack, kaporal se fera crisser dehors comme un mal propre. Il est maintenant sans rancune. Ayant trouvé un remède à son problème de polytoxicomanies, kaporal désirait maintenant plus que tout un projet sérieux (il n’a jamais arrêté de jouer avec idiotpathetics environ 2 fois par années). Rick débarqua chez lui en disant: Hey on a 2-3 piocheuses que tu pourrais monter avec nous pour le fun. Il avait une cassette avec environ 12 tounes (et oui cassette en 2007!!) 15 minutes plus tard, bout’cave, la première toune de kaporal Piocherie, était montée. Le soir même eu lieu le premier jam et la chimie fut excellente entre Tony, Léo et kaporal. Cependant Rick, le compositeur, n’accorda le droit à kaporal que de monter 3 des 12 tounes parce qu’il voyait le reste des tounes plus clean. Il devait caresser, en secret, le rêve d’être diffuser par les grosses radios et de Percer dans le monde facinant du rock corporatif. Finalement après 5 jams il y avait 10 compos, les gars avaient tellement de fun que kaporal à dit: je suis votre chanteur à condition que le band s’appelle kaporal Piocherie. Après 2-3 semaines de grafignage, le nom a été adpoter à l’hunanimité.

Les garçons ont produit un démo avec Luc Boivin chez Red tube studio à Saint-Luc qui s’intitule Presque célèbre, qui est disponible seulement pendant les spectacles. Le kaporal ne savait pas si, honnêtement, il était capable de remonter sur les planches sans se péter la face solidement avant, pendant et surtout après. Et bien après 3 tentatives à ce jours, il nous assure que oui, c’est possible. Il affirme également que c’est encore meilleur. Ce groupe punk-rock-avec-des-boutes-qui-guelent-en-sale se sent un peu perdu dans un monde de gars de maskara et de hardcore dancers qui pleurent. Il se donne en quelque sorte une mission: des shows old school de rentre-dedans. Le genre de show qui permet à tout le monde de se défouler comme il en a de besoin. Même si la scène punk rock traditionnelle bat de l’aile, elle n’est pas morte. Le kaporal prie pour que ceux qui affirment le contraire finissent par faire un crisss de saut. [source: myspace]

audio




Kaporal Piocherie

Ajouter: de l'info, lien, commentaire ou autre à cette fiche...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.