«

»

Peloquin Sauvageau

Expérimentale

biographie / description

CLAUDE PÉLOQUIN
Produit de la contre-culture québécoise des années 60 et 70, Claude Péloquin n’a plus besoin de présentation.

Déjà en 72, il est un personnage. Auteur en vogue, il a signé les paroles de LINDBERGH pour Robert Charlebois. Poète imprévisible, il s’est produit de nombreuses fois sur scène, que ce soit seul ou avec d’autres (Nuit de la poésie, Le Zirmate, l’Horloge du Nouvel âge). Adepte de la collaboration artistique, on lui doit aussi le fameux slogan (« VOUS ÊTES PAS ÉCOEURÉS DE MOURIR BANDE DE CAVES? ») gravé en 1969 sur la murale de Jordi Bonet au Grand Théâtre de Québec. Cela choquera bien du monde…

Il faut savoir que Péloquin a toujours aimé le scandale…. Pendant un one man show à la Place des Arts, il aurait même pissé sur la femme du gars de la maison de disques. Le lendemain, il signait le contrat pour cet album!

Depuis 1963, Claude Péloquin « pond » à un rythme régulier. Au cours de sa carrière, qui s’est écartillée entre la France et le Québec, il a publié 27 recueils de poésie et enregistré cinq disques dont la plupart sont désormais introuvables. Aujourd’hui, après plusieurs années passées sous les tropiques, il est revenu s’installer au pays.

En 1999 après avoir publié Le Flambant Nu, un livre autobiographique, il lançait Tout le monde au ciel, son dernier CD. Plus récemment on lui doit les paroles de la chanson Québec-Terre sur le dernier album de Boule Noire et le texte de Loup blanc/Miam maikam sur le nouveau disque de Florent Vollant, que ce dernier chante en duo avec Éric Lapointe.

[source: www.muchogustorecords.com]

 

JEAN SAUVAGEAU
Rat de studio, Jean Sauvageau est un pionnier de l’electronica au Québec. Dès la fin des années 50, il patente ses premiers synthés, alors qu’il est batteur pour l’orchestre de Tony Roman. Ancien élève de Stockhausen, il s’intéresse aux propriétés sonores de cette nouvelle lutherie synthétique et crée la « machine à Sauvageau », un clavier bien spécial….Au milieu des années 60, il enregistre de la musique cosmique pour certains pavillons d’Expo 67. À la même époque, avec le peintre Serge Lemoyne et le poète Claude Péloquin il met sa « science » au service de l’Horloge du Nouvel-Âge et du Zirmate, deux « happening-groups » multidisciplinaires et explosifs. Faut-il rappeller qu’au Québec, nous sommes alors en pleine révolution multiculturelle.


Bientôt, « la machine à Sauvageau » devient une curiosité. Le musicien fait l’objet d’articles dans diverses revues. L’inventeur du clavier Moog, Robert Moog en personne, lui rend visite et admire son ingéniosité. Idem pour les gars de Pink Floyd, qui lui laissent une de leurs consoles (le mythique Putney/VCS3, alors complètement nouveau) en souvenir. Détail: l’instrumentale BLACK SPAGHETTI est une ode aux kilomètres de ruban adhésif noir qui servaient à faire tenir les morceaux de la « machine à Sauvageau »…


Aujourd’hui, Jean Sauvageau partage son temps entre l’enseignement, la musique de pub et la confection de CD-Rom sur les rudiments la musique éléctronique, destinés à de jeunes DJ.


Et, oui, il trouve ça bien drôle toute cette mode de l’electronica. Lui, ça fait presque 50 ans qu’il manipule des pitons…

audio

 Peloquin Sauvageau

Ajouter: de l'info, lien, commentaire ou autre à cette fiche...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.